Paul Souleyre

Livres

L’axe du fou

axe du fouEntre les grandes mains, le livre rouge tourne ses pages.
Il s’agit d’une évocation de la vie d’Agathe, sainte mystique ou folle selon l’humeur, qui vécut dans le courant du XXII ° siècle. Agathe a vingt-trois ans quand elle décide d’abandonner le monastère pour se dissoudre une seconde fois dans le désordre du monde. À cet instant, elle est encore Sœur Agathe. Elle ne le reste que quelques jours, puis retire son pendentif pour le donner à un mendiant. Elle devient alors serveuse dans un café, vendeuse de chaussures, fabricante de miroirs, artiste peintre, et finit prostituée dans un bordel communément nommé la Maison Verte. C’est là que les avis divergent sur la folie d’Agathe. Une nuit, tandis que quelques hommes la prennent jusqu’à lui faire abandonner l’esprit, un jeune enfant lui apparaît. Agathe lui sourit en retour, puis l’enfant disparaît, aussi soudainement qu’il a surgi. Elle fait immédiatement part de la vision à ses collègues qui bien sûr la traitent de folle et s’empressent de la jeter dehors à coup de balai. Elle ne cessera jamais, depuis, d’interroger le monde à la recherche d’un visage d’ange.

Chroniques délicates

chroniques délicatesCe livre a été écrit au fil du temps, sur un site que je tenais il y a quelques années, et qui portait sur la thématique du choix. Je passais quelques heures à lire des articles de journaux, et lorsque je tombais sur une histoire un peu bizarre, je me lançais dans une chronique avec la ferme intention de montrer que quelqu’un avait été confronté à un choix, et que cette personne avait fait le bon. Mais j’ai vite dérivé pour commencer à relever toute sorte de choix, depuis ceux des plus grands artistes à ceux des animaux du zoo ou encore des pères Noël de Copenhague. Je voulais tout prendre et tout regarder sous l’angle du choix. Je voulais tout décortiquer, mais avec légèreté, dans la délicatesse. C’est ainsi qu’au bout d’un an, j’avais accumulé plus ou moins 200 chroniques lorsque j’ai décidé d’arrêter pour passer à autre chose. Pour le dire plus directement, j’avais fait mes choix, je n’avais plus besoin d’étudier ceux des autres. Mais je peux dire aujourd’hui que cette année passée à scruter à la loupe les choix de mes contemporains m’aura permis de faire les miens plus facilement. J’espère qu’il en sera de même pour vous à la lecture de ce petit livre qui réunit les 123 chroniques les plus délicates.

Les mystères de Pedro

mystere pedroCher jeune lecteur,

Le livre que tu vas entamer est composé de trois histoires dont les personnages se ressemblent beaucoup. Je les ai rassemblées chacune pour te montrer comment je les avais écrites, donc tu me verras de temps en temps apparaître au beau milieu du texte pour te faire quelques remarques. Tu es déjà intelligent, mais l’intelligence ne suffit pas, il te faut devenir fin.
Capable de lire entre les lignes.
Difficile n’est-ce pas, puisque il n’y a pas de mots.

Mais il est important, à un moment ou un autre de ta vie (et beaucoup d’adultes ne feront jamais ce que tu es en train de faire) de t’extraire de ta propre histoire pour te rappeler qu’il s’est passé des choses avant toi, entre les lignes de ta vie, à peine entamée ou déjà longue :

1.Un écrivain raconte des histoires avec son imaginaire, mais son imaginaire n’arrive pas de n’importe où.
2.Ce n’importe où se trouve enfoui au plus profond de lui et il y pense tout le temps sans jamais le savoir.
3.Écrire des histoires lui permet de découvrir ce à quoi il pense tout le temps sans jamais le savoir.

Maintenant, suivons les aventures de Pedro.
Ce jeune garçon qui désire écrire.

Écrire pour le Web : 100 conseils et des exemples

ecrire web1 — 1er conseil

Isoler la première phrase du texte.
Elle doit être courte et intriguer le lecteur.

Il faut toujours se préoccuper de la première phrase avec le plus d’attention possible.
Vous devez, dès les premiers mots, saisir l’esprit du lecteur pour ne plus le lâcher. Une question est évidemment la solution la plus simple, mais pas toujours la plus efficace. Le plus efficace, et depuis la nuit des temps, consiste à plonger le lecteur dans une certaine perplexité.
La première phrase du texte peut être une réflexion singulière, une remarque à part. « Il fait toujours beau à Perpignan » ou « j’adore manger des tomates le dimanche. » Le lecteur se demande alors pourquoi vous commencez le texte par un propos sans lien direct avec le titre. Donc il se questionne. Et la question est essentielle, car elle est le moteur de sa lecture.
La meilleure de toutes les perplexités naît invariablement d’une contradiction. La première phrase doit venir frotter contre le titre afin de provoquer l’étincelle nécessaire au questionnement. Il s’agit presque d’un questionnement philosophique dans le sens où l’Antiquité pensait l’activité d’abord et avant tout comme étonnement. Et étonnement devant l’évidence, bien sûr.
L’herbe est verte, c’est étonnant.

Un mois de cuisine pour célibataires et divorcés

clibatairesL’été 2010, je quittai la maison familiale et m’installai dans mon nouvel appartement. Une décision réfléchie, préparée, sans éclats. J’avais le divorce de mes parents en tête et la crainte de rejouer la même histoire, vingt-cinq ans plus tard, malgré moi. Une hypothèse à bannir absolument ; mes filles vivraient le changement sans traumatisme, au moins apparent, il le fallait ! Mes repas devaient donc ressembler à quelque chose… Plus facile à dire qu’à faire. Heureusement, une amie de longue date décida pour moi qu’il était temps de m’initier aux mystères insondables de la cuisine. Je ne sais plus très bien comment les choses se mirent en place, mais je me rappelle lui avoir écrit (un sms peut-être ?) que j’aurais bien besoin, là, tout de suite, de quelques recettes simples et rapides à exécuter, histoire de ne pas avoir à réfléchir le soir avant de passer à table… Peu de temps après, je reçus quinze jours de menus détaillés dans ma boite mail, les quinze premiers jours du livre que vous tenez entre les mains. Inutile de dire que le cadeau fut inestimable. 28 jours détaillés, matin et soir. Les recettes sont simples et équilibrées sur un menu et une journée. Le livre est écrit pour les personnes mal à l’aise devant les fourneaux, mais qui tiennent à leur santé ou à celle de leurs enfants.

Les Inséparables et la bande des mauvais garçons (Pauline Souleyre)

mauvais garçonsUn groupe de jeunes enfants vient à bout de quelques mauvais garçons auteurs de vols dans une cité paloise des années 80. Un roman quasi historique, situé à la périphérie de Pau, mais à la vérité intemporel : Yannick s’est fait voler son vélo tandis que ses amis partent à la recherche du voleur et découvrent « les mauvais garçons »… Une histoire simple, prenante, tout à fait adapté à un jeune public.

Les Inséparables partent faire du ski à Formigal (Pauline Souleyre)

formigalLes Inséparables continuent leurs aventures, mais cette fois-ci, hors de leur cité paloise d’origine ; ils passent la frontière pyrénéenne pour rejoindre Formigal, une petite station de ski espagnole, dans laquelle ils ne tarderont pas à être embarqués dans une folle course à la poursuite d’un champion de ski disparu…